Première balade le long du rail (1)

Le lendemain, le dimanche 17/09/06, je suis retourné à Chevilly. L’objectif du jour était simple, marcher sur le rail et effectuer un repérage au niveau de la forêt. Le meilleur endroit pour monter sur le rail étant Chevilly, je suis donc parti de cette plateforme principale pour progresser en direction du sud à travers champs puis la forêt. Enfin je suis revenu en sens inverse. J’ai marché 2,5km en tout.

À Chevilly, on observe le même genre de pipeline.

Surprise. Depuis le mois d’août des rigolos ont tagué certaines lettres du célèbre « l’avortement tue ». Du coup, maintenant il faut lire que l’aorte tue. Je suis encore plus septique que pour l’avortement.

Je n’ai pas trainé trop longtemps sur la plateforme, je suis parti assez vite sur le rail. Après quelques dizaines de mètres, le sommet du T revêt une couche en aluminium très fine. Pour rappel, vers le nord on pouvait trouver de fines bandes plus épaisses et par paires. La couche est collée au béton. Les petits plots servaient à mesurer la vitesse avec une grande précision. Ainsi, l’aérotrain a « roulé » à 430,4km/h au maximum au niveau de la plateforme principale.

Je suis déjà loin de la base. Les plots viennent à peine de commencer.

Un reste de tag avorté (c’est le comble du tag anti-avortement). Retournement ironique de situation.

Il reste encore plus d’un kilomètre avant la forêt.

La plateforme principale de Chevilly s’éloigne de plus en plus. L’impression d’être seul au monde grandit petit à petit, mis à part le C15 blanc qui tourne dans le champ à gauche.

Oui, oui, je suis bien seul en haut d’un rail perché à 8m !

Tout comme les traces de voitures à Ruan, les traces de pas sont visibles par milliers tout au long de ce secteur champêtre.

Même le sommet du rail est orné de messages persos.

Ce logo est le même que sur la pompe à kérosène. Cela ressemble au logo du jeu Counter Strike.

Maintenant on sait que Tonton Vinny est monté sur ce rail.

La suite.

Au moins, lui, il avait conscience de ce qu’il était (tout comme moi), même s’il manque une lettre.

Encore ce même logo.

Cliché techniquement réussi. Il met en évidence ces superbes crottes de pigeons qui déguisent ce sommet bordé de mousse jaunâtre. Le béton était loin d’être totalement rectiligne. La photo met en valeur ses imperfections. Le coussin d’air de l’aérotrain était peu sensible à ce genre de décalages, donc ce n’était pas un problème. La chaleur laisse transparaître des effets optiques.

Oui à la vie, non à l’avortement.

Encore le même genre de triangle de signalisation.

La forêt s’approche tout doucement. Un moment j’ai cru que le rail était coupé tellement l’arbre a pris le dessus.

Peu avant de pénétrer dans la forêt, les vis centrales sont remplacées par ces plots en résine faisant penser à des plots pour tenir les portes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Blue Captcha Image
Refresh

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>