Page 6 sur 6

Re: Choc sous le rail près de Chevilly

MessagePosté: 19 Sep 2015, 00:29
de Michel Bedard
Alors un Aérotrain ne peut pas être plus lourd !!! la pression dans les coussins est relativement limité à 50 mbar... ce qui limite le poids moteur linéaire ou pas ! Il n'est plus question de concurrencer les TGV dans les pays déjà équipés, mais plutôt dans des pays qui rêvent de grande vitesse terrestre et qui n'en n'ont pas les moyens. Alors ces pays là ont en général peu d'électricité "distribuée" disponible, ont peu de moyens financiers, ont souvent des conditions d'environnement pas facile, ils leurs faut donc un véhicule rustique !!! Le mieux adapté est celui du type I80-250 qui pour le coup deviendrait I250-300 ...
Ne soyez pas ni pressés ni défaitistes. Cette voie d'essai peut encore avoir à servir ... Et si un tel projet voyait le jour, que ça générait de l'emploi et des devises, je vois mal l'état s'y opposer ...
En effet, il y a le projet Fultrace qui est à moteur linéaire donc destiné à une autre clientèle, mais d'autre projets sont en cours qui pour l'instant ont choisi de ne pas rentrer dans le domaine public et mes confidences s'arrêteront là.

Re: Choc sous le rail près de Chevilly

MessagePosté: 01 Oct 2015, 19:22
de Fandemanèges
Ils ont détruit que le rail endommagé, la plateforme est toujours là, mais ça fait bizarre de voir ce trou !
P1320742 [tof].JPG
P1320742 [tof].JPG (667.85 Kio) Vu 2091 fois

P1320753 [tof].JPG
P1320753 [tof].JPG (713.73 Kio) Vu 2097 fois

P1320702 [tof].JPG
P1320702 [tof].JPG (199 Kio) Vu 2095 fois

Re: Choc sous le rail près de Chevilly

MessagePosté: 23 Jan 2016, 17:23
de ID2Rando
Bonjour à tous,
La partie du rail posée au sol a fait l'objet d'une mise en peinture (gris), je suis à la recherche de news...
Image

Re: Choc sous le rail près de Chevilly

MessagePosté: 30 Mai 2016, 12:38
de gégé77
quelle genre de news ,si c'est pour la peinture c'etait sans doute pour retiré le nom de taubira

Re: Choc sous le rail près de Chevilly

MessagePosté: 23 Oct 2016, 05:39
de jcnantes
Oliver Races a écrit:On verra ce que donne la décision de justice. Que ca ne se termine pas par des excuses et on passe a autre chose.


http://www.larep.fr/chevilly/justice/20 ... 23509.html

Code: Tout sélectionner
Bernard, un agriculteur de 72 ans, a du répondre, ce vendredi 21 octobre, de délit de fuite devant le tribunal correctionnel d’Orléans.

Durant plus d’un mois, les riverains avaient été contraints d’inventer d’ingénieux détours pour circuler en voiture. La faute à un chargeur télescopique – cet engin agricole muni d’un bras équipé d’une fourche et destiné à charger les ballots de paille – qui, le 23 juillet 2015, avait sérieusement éraflé le rail de l’aérotrain. Fragilisée, la structure en béton risquait de s’effondrer en petits morceaux sur la RD 125 qu’il avait donc fallu couper à la circulation.

Aux commandes du véhicule fautif, Bernard, un agriculteur de 72 ans, répondait, hier matin, de délit de fuite, devant le tribunal correctionnel d’Orléans.

À l’audience, le prévenu a nié avoir cherché à fuir ses responsabilités et soutenu qu’il ne s’était tout bonnement pas aperçu de l’accident. Quoi qu’il en soit, des travaux de réparation s’avérant inadéquats, il a été décidé de découper purement et simplement la portion de rail. Cette opération, menée à l’initiative de l’État le 28 août 2015, a nécessité l’intervention de deux puissantes grues, en raison de la proximité d’une ligne à haute tension.
Par la voix de son avocate, Me Gaétane Moulet, l’agent judiciaire de l’État a présenté, hier matin, la facture à l’agriculteur. Et celle-ci s’élève tout de même à 34.500 euros !

Le procureur de la République a requis, pour sa part, trois mois de suspension de permis de conduire et une amende de 500 euros. Tandis que la défense, incarnée par Me Damien Pinczon-du-Sel, plaidait une relaxe, le tribunal a mis son jugement en délibéré à vendredi prochain.

Philippe Renaud


Re: Choc sous le rail près de Chevilly

MessagePosté: 07 Jan 2017, 13:22
de ranger-photo
Je peux vous dire que lorsque j'ai ouvert la porte, en 1987, et que je me suis retrouvé face au I-80, j'ai eu le souffle coupé....

Re: Choc sous le rail près de Chevilly

MessagePosté: 16 Oct 2017, 20:23
de jcnantes
http://www.larep.fr/chevilly/insolite/r ... 92359.html

Code: Tout sélectionner
Voici un an, le tribunal correctionnel avait prononcé une amende de 500 euros et la suspension du permis de conduire, pendant deux mois, de cet habitant de Saint-Lyé-la-Forêt âgé de 73 ans. Le 23 juillet 2015, il avait heurté un morceau du rail de béton avec la fourche d'un engin agricole équipé d'un bras télescopique, entraînant sa démolition.

En prononçant une condamnation à 500 euros d’amende, dont 400 avec sursis, la cour d’appel a fait montre de clémence à l’égard d’un agriculteur de 73 ans, dont l’engin agricole avait causé d’importantes dégradations au rail de l’aérotrain.
Le 23 juillet 2015, les gendarmes sont alertés par des riverains sur la présence de gros gravats encombrant la RD 125, entre Chevilly et « Les Chapelles », à l’endroit précis où le rail de béton enjambe la route départementale.

Il ne fait aucun doute que l’infrastructure a été violemment heurtée par un véhicule. Des bandes de ciment sont arrachées et les fissures sont suffisamment profondes pour altérer la solidité du rail.

La RD 125 est coupée à la circulation durant plus d’un mois. Le temps de procéder au découpage de la portion de béton qui menace de s’écrouler.
Comme si de rien n'était

Deux témoins racontent alors qu’ils ont vu, vers 14 heures, un engin agricole de type chargeur télescopique, heurter le rail avec son bras équipé d’une fourche. Le conducteur est descendu de son véhicule, a constaté l’étendue des dégâts, puis est reparti comme si de rien n’était.

Au bout de trois semaines, un agriculteur de Saint-Lyé-la-Forêt a fini par se rendre à la gendarmerie, laissant entendre qu’il pourrait bien être à l’origine de cet accident dont, a-t-il assuré, il n’avait nullement pris conscience sur le moment.

Un argument dont il a tenté de convaincre les magistrats de la cour d’appel. Sans succès. Dans un arrêt rendu ce lundi, les juges confirment le délit de fuite. Ils se montrent toutefois moins sévères que le tribunal correctionnel d’Orléans qui, voici un an, avait prononcé une amende de 500 euros et la suspension du permis de conduire de l’intéressé pendant deux mois.

Reste l’aspect civil du dossier qui n’a pas encore été évoqué en justice : l’agent judiciaire de l’État réclame toujours au septuagénaire une somme de 34.500 euros, correspondant au montant des travaux de démolition du morceau de rail détérioré.

Philippe Renaud